Pages

Bmovie - Lesbian Vampire Killers

Stylo noir sur papier, couleurs numériques.


On reste dans l'humour potache et le film qui ne se prend pas du tout au sérieux. Mais ce coup-ci, on saute du loup-garou au vampire.



Lesbian Vampire Killers. Rien que le titre peut faire peur... si on le prend au premier degré !
Ce film parodique rassemble tous les clichés et les blagues les plus vaseuses qu'on puisse imaginer. L'humour anglais, c'est toujours pile ou face, soit on trouve cela drôle (en VOST évidemment et uniquement) soit on y est totalement hermétique. Personnellement sur ce film-ci, j'ai adoré. 
Alors bien sûr, c'est bourré de blagues potaches, aucune réplique ne se veut profonde ou recelant un sens caché, le pommeau de l'épée est en forme de gland et les vampires pas charismatiques pour deux sous. Mais si on laisse son cerveau au vestiaire et qu'on est prêt à rire gentiment de tout sans méchanceté sous-jacente (certains tiqueront sur le titre, il n'y a pourtant aucune homophobie ni morale à deux balles dans ce film, rassurez-vous ! ), ce film est un bon moment de franche déconnade.


Bien évidemment, côté culture vampirique, c'est pas trop ça. Il ne faut bien évidemment pas le comparer aux grands films du genre. Disons que c'est une parodie bien anglaise qui flirte avec son temps. Une sorte de Bal des Vampires mais version XIXème siècle rempli de bimbos et d'adulescents obsédés. Et avec l'humour qui va de paire... si je puis dire !!


Le duo ne vaut pas un Simon Pegg/Nick Frost mais fonctionne très bien sur un modèle assez semblable d'ailleurs.