Pages

Bmovie - Graveyard Shift

Stylo noir sur papier, couleurs numériques.


C'est une tradition cinématographique, les adaptations de Stephen King sont toujours chaotiques et en dents de scie.
Quelques exceptions mises à part. Bon, Misery et La Ligne Verte évidemment, chefs-d'oeuvre en puissance. Cujo assez bon. Simetierre, pas trop mal malgré ses libertés/non-respect du texte. The Mist impressionnant malgré la fin alternative vomitive. Bag Of Bones et Ca restent corrects, disons, si on ne compare pas trop au bouquin. The Night Flier et La Part des Ténèbres m'ont fait passer un bon moment. Chambre 1408 très sympa aussi. Silver Bullet que j'adore personnellement.
Dans les naseries, on retiendra surtout Les Tommiknockers, Le Fléau, La Tempête du Siècle, Bazaar, Les Langoliers (Minuit euh 4 ? je ne sais déjà plus le numéro, je confonds les nouvelles, pourtant si bien, le chien de l'appareil photo et le policier des bibliothèques...). Un gros gâchis ceux-là.
Rose Red, je suis mitigée.
Bon j'en zappe pas mal hein, je fais de mémoire-là.

C'est The Graveyard Shift (La créature du Cimetière) qui nous intéresse aujourd'hui.


Je me souviens, j'étais allée le voir au ciné à l'époque. Et j'étais ressortie en disant qu'est-ce que c'est nase !! Et bien 20 ans après, j'avoue que je me marre devant et que j'apprécie de le revoir régulièrement. L'ambiance huis-clos du film doit y être pour beaucoup, ainsi que les personnages très "Kingiens" (et "Carpenteriens"!) comme j'aime : sales (physiquement et psychologiquement), loin d'être des gravures de mode, bruts. Il n'y a rien que je déteste plus que les persos proprets, bien coiffés, bien habillés, bien pensants et lisses au possible. Pour moi, un bon protagoniste doit avoir une "gueule" déjà. Et pour ça les bouquins de King et les films de Carpenter me comblent parfaitement. Le casting de The Thing !! Bon je digresse.
Les amateurs apprécieront d'y voir Brad Dourif et Stephen Macht.

Mention spéciale pour la bestiole bien écoeurante et qui finalement fait moins flipper que le contremaître, véritable monstre de l'histoire.
Une adaptation d'une nouvelle de Stephen King que beaucoup s'accorderont à classer comme bouse et pourtant, je ne sais pas pourquoi, je l'affectionne beaucoup.