Pages

B-movie : Silent Hill Revelation

Un petit croquis rapide pour célébrer mon visionnage de Silent Hill Révélation.


Le petit frère suit désespérément les traces de son aîné, à savoir qu'esthétiquement c'est un plaisir pour les fans de la série en jeu-vidéo comme moi, mais que scénaristiquement c'est à sauter par la fenêtre.... et si possible dans des orties en dessous.



Déjà la 3D, quand on regarde le film "à plat", c'est assez laid par moments... Vous voyez la jambe coupée qui flotte au début des Dents de la Mer 3 ? Ben pareil ! Hop un bond de trente ans en arrière.
Ca serait bien qu'elle s'arrête assez vite cette mode de la 3D quand-même... Et aussi des réals moisis qui ne savent pas filmer autrement qu'avec une caméra sur l'épaule hyper gerbante où même sur un plan fixe qui zoome sur un regard, on fait bien trembler l'image comme il faut pour donner l'envie de dégobiller ses macaronis à la sortie de la salle de ciné. Vous savez comme dans Transformers. Bon d'accord, en plus ce film est nase, ça n'aide pas ! Bon là, ce n'est pas le cas, la caméra est bien sage et délivre des plans bien fixes comme il faut, heureusement. C'était un pur coup de gueule gratuit. Fin de l'aparté.

Ils nous ont choisi des acteurs pas trop mal. La nana qui incarne Sharon a un petit côté Michelle Williams appréciable. Un visage encore un peu juvénile. Pour une fois qu'ils ne nous collent pas une nénette insipide collant aux canons de la beauté teen décérébrée actuelle, on ne va pas faire les fines bouches. 



Sinon même reproche qu'au premier. Chose qui m'énerve au plus haut point. Soit on décide de faire un copier-coller des jeux-vidéos, à la limite en agrémentant de quelques dérives persos, soit on fait un scénar complètement à part, en y ajoutant un tas de clichés pour les fans. Mais là, non, c'est 50/50, l'impression d'avoir constamment le cul entre deux chaises, que les scénaristes naviguent entre le respect du texte et l'impro totale en permanence. Et moi j'y peux rien, ça m'énerve.
La gamine c'est bien la même que dans le jeu, mais elle s'appelle Sharon, pas Cheryl. Ca tombe bien parce que son père ne s'appelle pas Harry Mason mais Christopher... Ha ben si il s'appelle Harry ce coup-là, mais attention c'est parce que... tadaaaaa !! il a changé de nom pour être incognito  !!
Ca m'énerve.

C'est bien beau de coller Pyramide Head partout, mais là franchement, ça n'a plus aucun sens. Carrément, catapulté "gardien de Silent Hill". Pyramid Head c'est une métaphore du bourreau qu'est James dans Silent Hill 2, créé à cause de son remords d'avoir mis fin aux jours de sa femme malade. PH, bourreau, culpabilité. Ha ben là, non c'est le gardien. Bon sinon je dis pas, graphiquement très réussi, c'est toujours plaisant de le voir...

En parlant des autres bestioles. Bien sûr, gros coup de coeur pour les infirmières. Déjà dans le premier Silent Hill ciné, j'étais baba devant. La grosse réussite de ces deux films, sincèrement. La bestiole arachnide-mannequin, pas mal non plus. 



Mais alors, les autres monstres. Sérieux, c'est Silent Hill, pas Hellraiser !!! Il sortent d'où ces pseudos Cénobites bondages ?!!! Silent Hill n'a jamais eu besoin d'allusions sexuelles pour être malsain, là ne réside pas son malaise d'ailleurs. Encore une fois le scénar se plante en beauté !

Bon bref, après finalement, c'est encore pire, ils ont carrément tout changé par rapport au jeu (Silent Hill 3) Les gens sensés mourir ne meurent pas, on n'a pas droit à une grosse incantation/ni de combat contre un Dieu maléfique. Là où ils m'ont totalement perdue, c'est lors de la grosse scène de frite finale.
Alors déjà le combat mou du genou, on repassera... Ensuite, mettre en scène un affrontement entre Claudia-Cenobite et Pyramide Head.......... ouchhhhhh non mais, y a eu un problème quelque part là. Un producteur est venu visionner les rushs, ne connaissant absolument rien au jeu et a contraint le réal à exécuter sa petite lubie du moment. C'est juste pas possible ! Je ne comprends pas d'où ça sort !
Hallucinant, tellement c'est mauvais et hors sujet.

Bon sinon, en tant que fan, on appréciera toujours l'esthétique du film. La sirène qui résonne. Les murs qui se délitent, toujours un bonheur tellement c'est réussi et fidèle. Les nombreux clins d'oeil : les fringues de Sharon, l'homme au chapeau, le lapin en peluche, les infirmières, le panneau Silent Hill et Toluca Lake Orphanage...
Donc tout comme son prédécesseur, rien à redire visuellement (à part la 3D caca) mais le scénar.... pffffffffffffffffff...




J'ai tout de même fini mon visionnage sur une note très positive, je l'avoue. J'ai adoré voir la dernière image : un car escorté par des voitures de flics..... Là évidemment, il faut avoir joué à Silent Hill Downpour pour comprendre l'allusion. Personnellement, j'ai trouvé ça extra ! Très bien trouvé, très fin (faisant écho aux derniers mots de Harry : "il y en aura d'autres, c'est le refuge des âmes perdues", ou enfin un truc du genre) et la manière peut-être de présumer qu'il y aura un prochain film. (hélas)